Je vous avais supplié

« S'il-vous-plaît, je vous en supplie, » dis-je. Mais le bourreau ne fit que soupirer et m'adressa un regard empli de tristesse tandis qu'il insérait l'intraveineuse dans mon bras. 

L'aumônier s'assit à côté de moi. « Une fois qu'il aura pressé le bouton, l'injection vous sera administrée coup sur coup. Vous perdrez connaissance dans trente secondes environ, puis vous mourrez peu après, m'expliqua-t-il, quand bien même je l'avais déjà tant entendu auparavant. Un dernier mot ? » 

« Encore une fois, je vous supplie de ne pas faire ça. » 

L'aumônier hocha tristement la tête, déçu que je ne fisse pas face à mon bourreau avec bonne conscience. 

C'est pourtant la vérité. Je n'avais assassiné personne. Cela avait été comme ça toute ma vie. J'ignorais pourquoi, mais à chaque fois que je me faisais mal accidentellement, les personnes à côté de moi se blessaient. Une fois, je m'étais coupé avec une feuille en classe et les trois personnes autour de moi avaient saigné des doigts. Au lycée, j'avais eu un accident de voiture, et même si c'était mon côté qui avait été heurté, ma copine avait eu la jambe cassée. 

J'avais toujours été très prudent. Je prenais soin de moi, et j'essayais de rester au meilleur de ma forme. Mais lorsque j'avais été agressé par ces personnes et que l'un d'eux m'avait tiré dans le visage, les leurs ont explosé, pas le mien. Et quand la police était arrivée, ils m'avaient trouvé à genoux devant leurs corps, me demandant quoi faire en tenant leur arme. 

Environ trente secondes après le début de l'exécution, je vis le bourreau et l'aumônier tomber sur le sol en un bruit. « Je vous ai supplié », répétai-je tristement.

Texte traduit par Aridow

Texte original

10 commentaires:

  1. C'est super j'adore ! Un peu brutal et inattendu, mais j'aime ça change de d'habitude ;)

    RépondreSupprimer
  2. Haha, ça ferait un bon scénario de manga ! x)
    Mais plus sérieusement, j'ai bien aimé ^^

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment super sympa, avec de tels pouvoirs on peut aller chercher la bagarre sans rien craindre ! Mais c'est aussi une malédiction pour ceux qu'on aime, sacré dilemme... bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Géniale ! J'ai tiqué au moment de la blessure au doigt mais peu importe, très bonne pasta

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup, que de qualité ces derniers temps!!!

    RépondreSupprimer
  6. Courte mais prenante, c'est rare ça.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne pouvait finir que comme ça (c'est mieux sans les fautes ;-))

      Supprimer
  8. C'est rare quand je commente, mais j'ai trouvé cette pasta magnifique. Elle est triste et en même temps très prenante. J'ai adoré !

    RépondreSupprimer