Spotlight : Le gibier

Il faisait nuit. Et une pluie battante frappait contre les carreaux. Les éléments étaient déchaînés ce soir de pleine lune, alors que tout était paisible à peine deux heures auparavant...

La maison dans la forêt était éclairée. Une famille se trouvait à l'intérieur, la mère et ses deux enfants mâles. Ils attendaient que la tempête passe, le bruit des gouttes martelant le toit dans un fracas digne d'un titan.

Les enfants étaient effrayés... La mère vint les consoler, leur disant que dès le lendemain, toutes leurs peurs disparaîtraient...

C’était sans compter l'arrivée d'un homme... Vêtu d'un long imperméable noir et portant un sac sur son épaule, il s'approcha de l'habitation illuminée d'une vive lumière réconfortante pour les membres de la famille, mais qui ne pouvait les protéger face au danger qui arrivait à leur porte...

L'homme s'approcha de la maison, saisit la poignée de la porte, l'ouvrit entièrement, et entonna de sa voix grave:

« Chérie, je suis rentré ! »

Le père, chasseur, rapportait un magnifique daim qui passait par là! La femme, folle d'inquiétude, se jeta dans ses bras, suivie par les enfants.

La créature était belle... tellement que la famille décida de la découper pour la déguster dès le lendemain. Il laissèrent donc l'animal dans le salon, comme une sorte de trophée, et allèrent se coucher après que le mari eut avalé sa délicieuse soupe aux tomates.

C'est dans le calme inquiétant que la créature posée sur la table se réveilla... Elle mit ses quatre pattes sur le sol et examina les alentours pour évaluer la situation... Après quelques secondes, elle comprit ce qui lui était arrivé : elle avait été tuée par un homme sans scrupules et s'apprêtait à être dévorée... Cette idée répugna l'animal... Et une idée lui traversa l'esprit : faire connaître le même sort au chasseur !

Le daim grimpa les escalier le plus délicatement du monde. Même si celui-ci grinçait sous ses pas, il ne réveilla aucun des membres de la petite famille.

Arrivé devant la chambre des parents, il entrouvrit la porte afin de savoir si l'une des armes du tueur s'y trouvait... ce qui était le cas.

Le daim établit alors son plan d'action et, après quelques minutes, referma la porte, tant bien que mal en silence, pour attendre le moment où il serait prêt...

Le père de famille, endormi, rêvait que sa chance perdurait des semaines entières, allant jusqu'à ramener trois cerfs, dix lapins et un castor... Cette vision lui plaisait : il partait le matin, habillé d'un costume qui le dissimulait dans les bois, armé de son fusil et d'un couteau de boucher, « au cas où », se disait-il à chaque fois. Il partait la journée dans la forêt, parfois pendant des heures, jusqu'au moment où un animal croise sa route. Et le soir, il rentrait manger un festin, récompense d'une telle journée d'effort, autour de sa famille... Il aimait sa vie telle qu'elle était ! Il se disait qu'il allait apprendre à ses fils l'art de chasser, un jour peut-être... Il sourit dans son sommeil, sourire qui ne dura pas...

Le daim enfonça la porte dans un vacarme assourdissant, ce qui réveilla toute la famille. Il fonça, les bois en avant, vers le père. Ce dernier esquiva de justesse.

Le lit partit en miettes. Heureusement, la femme avait réussit à en sortir.

L'animal recula et s'orienta vers l'homme, paniqué. Il battit du sabot et chargea une nouvelle fois. Le chasseur n'y survécut pas... Il était à présent empalé sur les bois de la créature folle. Cependant, elle n'était satisfaite pour autant : il fallait qu'ils meurent tous!

Le daim se retourna : personne. La femme s'était enfuie en pleurant son mari. La bête se jeta alors sur les enfants, une chambre plus loin, et les frappa à coups de pattes sur un mur jusqu'à ce que mort s'en suive...

Même si la femme n'était plus là, le daim était satisfait... Il avait vaincu son tueur et détruit ce qui lui était cher...

Ne croyez jamais que, dès qu'un être meurt, c'est toujours définitif... Il se passe parfois des miracles que même la mort n'a pu prévoir...

14 commentaires:

  1. Euuh... Oui et ? C'est tout ? C'est fini ?
    J'ai le sentiment d'avoir raté un truc... Pourquoi cette formulation «deux enfants mâles» ? Et pourquoi cette conclusion ? Ou bien je n'ai pas compris, ou bien l'histoire ne tient pas vraiment debout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, j'ai été lire les commentaires sur CFTC, et celui qui a été posté ici. Je vois donc que ce n'est pas un soucis de compréhension. Certes, l'histoire a été placée dans la catégorie Weird, donc on ne peut pas lui reprocher son manque de réalisme... Mais quand même.

      Le comportement du daim est complètement ridicule et improbable : un animal ne ressent pas de désir de vengeance, au contraire, son instinct de survie le poussera à s'échapper. Et puis imaginer un daim qui monte des escaliers... Ca ne m'a pas fait peur, ou mis mal à l'aise, ça m'a juste fait rire x)
      L'auteur nous raconte la résurrection du daim comme si c'était normal. D'accord, c'est une histoire d'horreur fictive, mais quand même.
      La conclusion est risible : deux lignes faussement solennelles, qui font tâche avec l'histoire. "Des miracles que même la mort n'a pu prévoir" est correcte, mais pratiquement incompréhensible.
      Les formulations sont maladroites (j'ai déjà parlé des deux enfants mâles) "sa délicieuse soupe aux tomates", ça aussi, ça fait tâche. On dirait presque une parodie !
      Et puis au niveau stylistique, ce n'est pas très bon. Les tournures sont clichées : "le soir de pleine lune"; aucune figure de style pour imager le texte, une narration ordinaire qu'on pourrait trouver partout...

      Bref, rien ne me va dans cette histoire xD Navrée pour ceux qui ont aimé, et pour l'auteur, s'il passe par là. Mais, maintenant que je suis sûre d'avoir compris le texte, je me permets de faire un vrai commentaire.
      Bonne continuation quand même !

      Supprimer
    2. Maintenant que tu le dis, c'est possible que le vrai problème de cette histoire est qu'il y a peu de bon sens. Se serait pas dérangeant si ce manque de bon sens était bien amené. Après plus facile à dire qu'à faire ^^
      Au dela de ça, maintenant que j'ai plus ou moins compris où ça me genait, je trouve que le principe est interessant. Un autre style d'écriture pourrait peut être être plus adapté mais en soit malgrès quelques erreurs, ça pourrait vraiment devenir une bonne histoire. Pour moi c'est une histoire qui a une bonne base mais qui pourrait être retravaillée pour être encore plus interessante qu'elle ne l'est déjà.

      Supprimer
  2. Donc le daim entre dans la chambre, voit une arme, réfléchit à un plan, sort de la chambre, laisse le chasseur dormir un peu... Puis fonce dans le tas en mode bourrin et éclate tout le monde ! Et c'est tout.
    L'histoire était intrigante jusque à la porte explosée. Mais... cette fin...

    RépondreSupprimer
  3. Ça va, pas marre de critiquer ? Faites mieux la prochaine fois bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais-tu parti de ces gens qui ne veulent pas qu'il y est de critique constructive ou non ?
      Fais-tu parti de ce genre de personne qui voudrait que le monde soit plat, morne, sans experiences ? Fais-tu parti de ces gens qui ne veulent pas que le monde avance ? Parce que les critiques, et je te parle evidemment de critique constructive (et ici malgrès tout c'est le cas) est necessaire pour permettre d'avancer, d'evoluer. Alors je te prierais de laisser les grandes personnes discuter si tu n'es pas capable de voir que les critiques que toi même tu critiques (clin d'oeil) sont interessantes et necessaire pour certains pour comprendre l'histoire. Ton message ne s'appliquerait bien qu'aux critiques non constructives. Sur ce, amicalement bien sûr en ce temps de paix, bisous.

      Supprimer
  4. Ils ont encore le droit de dire leur opinion...

    RépondreSupprimer
  5. Du coup c'est qui le méchant ? Le daim ou le chasseur ? Et pis, pourquoi quand il voit une arme, ça lui donne l'idée de le tuer à coup de ses bois ? Et pis ils voulaient le découper dès le lendemain ou la deguster ? (Attention à la puissance de la virgule) parce que moi j'avais compris qu'ils avaient découpé le daim ce qui me parait encore plus bizarre :v
    Aaaah j'y comprends rien à cette histoire xD trop de casse-tête d'un coup !
    Je peux pas critiquer en mal ou en bien une histoire que je ne comprends pas, moi ! :'(

    RépondreSupprimer
  6. Personnellement, je trouve que ça ressemble plus à une scène de Scary Movie qu'à une histoire horrifique. Je ne vais pas répéter ce qui a été dit plus tôt, apres, je trouve que ça conviendrait mieux de mettre ce texte dans une catégorie trollpasta, puisque Weird, ok, c'est bizarre, mais ce n'est pas flippant... Le texte "La Réaction" non plus n'est pas flippant, mais il a un sens, une cohérence avec le monde où il se passe. Là, non. On dirait vraiment que l'auteur à changé au moment où le daim monte l'escalier.

    RépondreSupprimer
  7. C'est une bonne base mais qui est mal travaillée. C'est mon avis bien sûr. Par exemple, ça a déjà été dit, mais les formulations sont très maladroites. Le coup des "enfants mâles", j'ai d'abord cru que la famille en question pourrait être une famille animal, des loups, des sangliers, peu importe. Et l'arrivé de l'homme écrite comme si c'était lui le danger à renforcer cette idée pour moi. Mais non, ce sont des humains. Après, le moment où ils souhaitent découper l'animal, c'est maladroit aussi. On pense qu'il vont la manger de suite, mais non. Le réveil du daim passe, mais j'aurai préféré peut être une plus grande immersion, plus de détail. Le moment où l'animal regarde dans la chambre des parents l'arme... pourquoi parler de l'arme si on en parle même plus par la suite ? J'ai rit quand j'ai imaginé le daim tenter de refermer la porte en silence lol =P non c'est dommage car il y a du potentiel. J'invite l'auteur à retravailler cette histoire car avec davantage d'immersion et de détails, et un peu plus de cohérence dans le déroulement du récit, ça peu être vraiment pas mal ;)

    RépondreSupprimer
  8. N'oubliez pas que tout ce qui est spotlight, d'une, est déplacé parce qu'il ne s'agit PAS de creepypastas (donc le style peut être plus varié et pas forcément exclusivement horrifique), et de deux, que ça a été publié il y a longtemps. Les critiques sont les bienvenues, mais par contre, on ne peut pas vraiment changer grand-chose au niveau du contenu des spotlights présents et à venir. Gardez en tête que ça permet autant de redécouvrir certains textes que de voir aussi ce qui a déjà été fait de bon et de moins bon par les auteurs passés pour les auteurs présents qui sont mis à l'honneur lors de la publication du dimanche.

    RépondreSupprimer
  9. Tel que déjà mentionné, manque de cohérence. Comment un daim peut-il faire un plan? De la même manière, il me semble avoir lu qu'il a été décapité pour être mangé, alors comment il a pu ressusciter? Sinon, mis à part ces questionnements, bonne creepypasta.

    RépondreSupprimer
  10. on à compris que cette histoire manque de bon sens, c'est pas la peine de le répéter 11 fois...

    RépondreSupprimer
  11. Cette histoire est débile, ni plus ni moins.

    RépondreSupprimer