Spotlight : L'ange pleureur

« Bonjour, Monsieur Tenant. Vous êtes ponctuel ! Entrez, je vous prie. 
– Merci, Monsieur. 
– S'il-vous-plaît, pas de ça avec moi. Je suis peut-être votre psychiatre, mais appelez-moi Jean. 
– Comme vous voudrez, Jean. 
– Voilà qui est mieux. Maintenant, s'il-vous-plaît, allongez-vous sur ce canapé. Cela vous gêne-t-il si je prends des notes de votre récit ? 
– Absolument pas, Jean. 
– Bien. Installez-vous confortablement. Je ne veux pas que vous soyez intimidé. Vous ne passerez pas pour un menteur, et encore moins pour un fou. Je suis là pour vous aider. Prenez votre temps, et lorsque vous serez prêt, racontez-moi ce qui vous a amené ici. 
– Hum, alors... euh. Je ne sais pas par où commencer. 
– Prenez votre temps. Je ne suis pas là pour vous juger. Ne vous inquiétez pas. Je ne vous interromprai pas. Nous avons tout le temps qu'il nous faut. Qu'il vous faut. 
– Donc, ça s'est passé il y a quelques semaines... Je suis photographe amateur. J'aime prendre en photo tout ce qui représente la beauté, la mélancolie, la tristesse. Ce genre de choses. J'avais entendu parler d'une maison abandonnée, au 9 Avenue des Roses. Alors... 
– Pardonnez-moi, Alphonse... Mais je connais cette maison, et elle a été terminée l'année dernière. Comment pourrait-elle être abandonnée ? 
– J'y viendrai, si cela ne vous dérange pas. 
– Pas le moins du monde. Continuez je vous prie. 
– Donc... Ah, oui. J'ai alors décidé d'aller la voir. J'ai enquêté un peu sur cette maison, et j'ai découvert qu'une famille habitait là. Il aurait perdu la tête et tué sa femme et son enfant avant de se tuer. Personne ne sait pourquoi. La police a juste découvert du sang partout sur les murs, et le cadavre du père. Ceux de sa femme et de son enfant n'ont jamais été retrouvés.


« Donc j'ai décidé d'aller là-bas. La maison était sublime. Et son aspect abandonné lui donnait une touche de tristesse que je recherchais. Bien sûr, la maison était fermée. Mais j'ai grimpé par-dessus la clôture et je suis allé dans le jardin. Des fleurs et des herbes hautes avaient poussé un peu partout. J'ai pris quelques photos avant de remarquer quelque chose d'intéressant. Une magnifique statue d'un ange se tenait au fond de la cour. L'ange avait la tête dans les mains, comme s'il pleurait le triste passé de cette maison. Je n'ai pas pu m'empêcher de prendre plusieurs photos. 


« Alors que je partais, je me suis retourné une dernière fois vers la maison. Et là, derrière une vitre, j'ai vu une inscription inscrite sur un mur. J'ai donc une nouvelle fois escaladé la clôture et je suis retourné dans le jardin. L'inscription était marquée en lettres rouges sur le papier peint défraîchi. J'ai mis quelques secondes avant de parvenir à déchiffrer ce qui y était écrit. « L'ange ». Je me suis retourné vers la statue. Elle n'avait rien d'anormal. J'ai regardé une nouvelle fois à travers la fenêtre. Il n'y avait pas d'autre inscription. Seul « L'ange » était marqué. Je me suis alors dit que c'était le père de la famille qui habitait ici qui l'avait marqué. Mais pourquoi ? Que venait faire la statue d'un ange dans une histoire de meurtre ? J'ai alors senti une goutte tomber sur ma joue. Il commençait à pleuvoir. J'ai donc couru jusqu'à ma voiture et je suis rentré chez moi.


« Arrivé chez moi, j'ai développé les photos. Et j'ai remarqué quelque chose d'anormal. Il y avait quatre photos qui représentaient la clôture en fer rouillé, ainsi qu'un peu d'herbe en bas. J'ai mis quelques instants à me rappeler que c'étaient les photos de l'ange. Pourquoi n'apparaissait-il pas ? Lorsque je suis allé me coucher, la maison de l'Avenue des Roses me trottait dans la tête. Je me posais des questions sur l'ange et sur l'histoire de cette maison. Cela avait tellement piqué ma curiosité que j'ai décidé d'y retourner le lendemain.


« Le lendemain, donc, je suis retourné à cette maison, en apportant une lampe torche et un appareil photo numérique. Euh, excusez-moi. C'est un appareil photo muni d'un petit écran qui affiche les photos qu'on a pris. En fait il n'y a pas de pellicule, mais une carte mémoire... Bref. Je me suis garé devant la maison. La première chose que j'ai remarquée était que les grilles n'étaient plus fermées. C'était sûrement quelqu'un qui les avait ouvertes, mais pourtant j'avais la désagréable impression qu'on... que « quelque chose » m'invitait à entrer. J'ai sorti l'appareil photo de ma sacoche. J'ai pénétré à l'intérieur de la cour. Je me demandais si la porte d'entrée était déverrouillée, mais ma curiosité était plus forte et je suis allé vérifier la statue de l'ange. Je sais que ça a l'air fou, s'il vous plaît, ne vous moquez pas de moi...


– Je n'en avait pas l'intention, Alphonse. Continuez.
– Alors je suis allé voir la statue... Et je me suis rendu compte qu'elle avait bougé d'au moins deux mètres. En tout cas, elle était plus à gauche que l'endroit où elle était la veille. Elle se couvrait toujours les yeux. J'ai pris une photo d'elle. J'ai regardé l'écran de l'appareil photo, il n'y avait pas l'ange, juste le jardin. Du coin de l’œil, j'ai cru que la statue avait changé. Je l'ai regardée, mais en réalité, elle était toujours dans la même position. J'étais sûrement parano...


« En tout cas, je suis revenu sur mes pas, et j'ai poussé la porte d'entrée. Elle s'est ouverte, mais ça ne me surprenait pas vraiment. L'intérieur de la maison était poussiéreux et décrépit. Et il faisait sombre aussi. J'ai allumé ma lampe torche. Je ne me rappelle plus très bien de l'intérieur, mais c'était vraiment glauque. Il y avait des traces rouge sombre partout dans le salon. Quand je pense qu'une famille a vécu ici... Ça me fait encore frissonner.. Après quelques minutes à fouiller un peu partout, j'ai marché sur un petit journal. Je l'ai emporté avec moi, si vous voulez.
– Bien sûr, allez-y.
– Hum... Voilà, c'est là. Donc j'ai ouvert le journal, je l'ai feuilleté jusqu'à trouver un mot qui m'a interpellé.
– Quel était ce mot ?
– Ange. Encore une fois. Permettez-moi de vous lire ce passage :


« Aujourd'hui, j'ai trouvé mon fils en train de jouer devant la fenêtre qui donne sur le jardin. Il se couvrait les yeux, attendait, puis regardait par la fenêtre. Quand je lui ai demandé ce qu'il faisait, il m'a répondu qu'il jouait avec la statue de l'ange qui pleure. J'ai regardé par la fenêtre : la statue de l'ange était bien là, dans le jardin, toujours au même endroit. Elle n'avait pas bougé. Elle était déjà là lorsqu'on avait acheté la maison. Je me demandais comment mon fils pouvait bien jouer avec ça.
Et c'est alors que ça c'est produit.
Enfin, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé. J'ai à peine cligné des yeux pendant que mon fils se couvrait une nouvelle fois le visage. Mais dès que j'ai rouvert les yeux, l'ange me regardait. Il avait levé la tête ! La statue a bougé ! C'est impossible !
Mais pourtant ça s'est passé... J'ai encore cligné des yeux, et elle s'est remis le visage dans les mains. »


« À cet instant, je me suis arrêté de lire et je suis allé voir la statue par la fenêtre. Et là... Vous n'imaginez pas à quel point j'ai eu peur. La statue avait levé la tête et me regardait. J'ai reculé, j'ai failli trébucher, et j'ai tourné le dos à la fenêtre pour me précipiter dans la chambre. Je m'y suis enfermé du mieux que j'ai pu. J'ai attendu quelques minutes pour me calmer, puis j'ai continué ma lecture. Alors, où c'était... Ah, oui, voilà :


« Ma femme et mon fils étaient dans le jardin. Elle lisait et il jouait au ballon, dos à la statue. Je les regardais à travers la fenêtre, j'étais heureux de les voir si joyeux... Et j'ai cligné des yeux.
Ils avaient disparu. La balle rebondissait vers la clôture, et le livre que Sylvie lisait était tombé sur le banc. C'était comme si... Ils n'avaient jamais existé. Et alors, avec stupeur, j'ai remarqué que l'ange me regardait. Ce qui m'a terrifié par-dessus tout était le fait qu'il souriait.
J'ai couru me réfugier dans ma chambre et je n'en suis pas sorti de la journée.


« J'essaie de dormir. Mais je vois son visage. Partout. Dans ma tête, à travers la fenêtre... À travers toutes les fenêtres. Je suis allé dans la chambre d'invités, à l'étage. Là encore, l'ange m'observait à travers la fenêtre. Tout lâche que j'étais – et que je suis encore – je me suis réfugié une nouvelle fois sous les couvertures. Je suis sûr que l'ange n'est pas seul. Il doit y en avoir d'autres. Alors, vous qui lisez ceci, retenez bien : Les Anges Pleureurs sont partout. Évitez la moindre statue. Je ne sais pas ce qu'ils veulent, ni ce qu'ils ont fait à ma femme et mon fils, et encore moins pourquoi ils le font... Mais je m'en moque. Je veux revoir Sylvie... Et mon petit Valentin...»


« Le journal s'arrête ici. Je pense qu'il s'est suicidé ensuite. Il voulait échapper à l'Ange Pleureur, puisque c'est ainsi qu'il le nomme. Pour l'écriture rouge sombre sur le mur, je crois que c'était de la peinture. J'en ai retrouvé un pot dans le salon, et en visitant la maison, je me suis rendu compte qu'ils étaient en train de repeindre la chambre de l'enfant.


« Mon cœur s'est remis à battre à cent à l'heure après cette lecture. J'ai levé les yeux vers la fenêtre de la chambre. Les volets étaient fermés, mais pas complètement. Plutôt entrouverts, vous voyez? Et l'ange se tenait là, il me regardait à travers la fenêtre.


« J'ai paniqué. J'ai ouvert la porte à coup d'épaule et j'ai tenté de sortir. Mais la porte s'était fermée ! Vous ne comprenez pas, et je dois vous avouer que moi non plus. J'étais enfermé dans la maison. J'ai couru à l'étage pour me réfugier dans la chambre de l'enfant. J'ai entendu la porte d'entrée claquer, comme si quelqu'un était rentré puis avait refermé la porte. Même paniqué, la curiosité dominait. Je suis allé sur le pallier. J'ai failli tomber à la renverse : la statue de l'Ange Pleureur était juste devant la porte, il tendait les bras comme s'il voulait m’attraper.


« Et c'est là que j'ai fait une erreur. Je me suis retourné pour fermer la porte. Mais je n'en ai pas eu le temps. Je suis tombé sur le sol. J'ai senti une brise sur ma joue : j'étais à l'extérieur. J'ai ouvert les yeux et je me suis relevé. L'ange avait disparu, et la maison aussi. En fait, j'étais toujours au même endroit. Mais je me suis rendu compte que... ça me semble tellement absurde à dire.. Je me suis rendu compte que l'Ange m'avait envoyé dans le passé. Ça fait un an, désormais, monsieur... Euh, pardon, Jean. Ça fait un an. Il y a un an, j'étais en 2013, et désormais je suis en 1960.


– Vous pensez donc venir du futur, Alphonse ?
– Non ! Non, je viens du futur ! J'ai gardé l'appareil photo dans ma sacoche, si vous voulez voir. Le tout premier appareil photo numérique apparaîtra dans quinze ans !
– Soit. Mais et cet ange ? Qu'est-il devenu ?
– Je ne sais pas, Jean. Je frissonne rien qu'à l'idée de savoir que cette maison est en train d'être construite, et que l'ange doit sûrement déjà y être... Et que lorsque je serais vieux, en 2013, au même moment, je serai aussi dans cette maison en train d'être pris au piège par l'ange. Le propriétaire du carnet a raison, Jean. Les Anges sont partout.
– Qu'est-ce qui vous fait dire ça ?
– Le buste de votre bureau, derrière vous, n'a pas arrêté de changer d'expression depuis que j'ai commencé à parler. »

Texte de Cekuriel

L'auteur, à l'époque où ce texte est sorti, a abondamment souligné le fait qu'il ne s'agissait pas d'un plagiat. Il n'y a de toute manière pas de copyright sur les Anges Pleureurs, mais si cela rentre effectivement dans la catégorie des pastiches, à titre personnel, je pense qu'il reste recommandable pour les personnes comptant s'essayer à ce genre d'exercice dans le futur de s'éloigner un peu plus de l’œuvre originale, sans quoi c'est un peu limite...

8 commentaires:

  1. Elle n'avait pas été déjà publiée celle-là ?
    Elle me dit vraiment quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le principe du spotlight, c'est un vieux texte de CFTC republié ici ou il est plus à sa place.

      Sinon mon avis n'a pas changé depuis ma lecture il y a quelques années : un clin d'œil, un texte inspiré de De Who, pourquoi pas, mais la c'est vraiment trop, et ça fait montre d'un manque d'imagination certain. Il m'a suffit de lire "Mr Tenant" (David Tennant etaétl'un des acteurs emblématiques du reboot de Dr Who, peut eêtr celui ayant la plus grosse fanbase) et "Statue d'ange" pour savoir exactement de quoi il en retourne, soit en gros 80% du texte qui perd tout son intérêt. La qualité d'écriture n'étant pas dingue, il n'y a même pas ça a se mettre sous la dent pour compenser.

      Bref, pour ma part, je n'aurai pas ressorti cet écrit des abîmes de CFTC, où il aurait mérité de rester, symbole d'une époque où les critères de qualité n'était définitivement pas les mêmes...

      Supprimer
    2. (désolé pour les coquilles orthographiques, il est 5h du mat' et je ne suis vraisemblablement pas en possession de tous mes moyens x) )

      Supprimer
    3. Je ne suis pas d'accord avec toi Zelis, enfin pas sur certains points.
      Certe on peut y faire des améliorations mais de la à dire qu'il n'aurait pas fallu la ressortir.. Tous est bon à prendre, autant parce que chacun à sa manière d'être que de penser.
      Nan mais le but c'est que tous le monde puisse faire partager quelque chose, pas seulement les bons écrivains ou ceux qui ont énormement d'imagination. (D'autant plus que la non plus je ne suis pas d'accord avec toi, l'auteur a peut-être pas une manière original d'écrire mais il a une manière classique, efficace. C'est lisse, fluide et cohérent, c'est le principal) Et puis ça ne plaira pas à certains mais à d'autre si ^^ donc ils ont bien fait de la ressortir des coins sombres de CFTC à mon avis.

      Le seul grand hic pour ma part, combien même le clin d'oeil est sympa, le "Tenant" est trop gros je trouve mais après l'idée était pas mauvaise mais difficile de me satisfaire la dessus.

      Supprimer
    4. Hello ! Je suis l'auteur, et en relisant ce vieux texte, je ne peux qu'être d'accord avec toi Zelis, heureusement je me suis beaucoup amélioré depuis même si je ne pense pas écrire une autre creepypasta ^^ Mais si celle-ci plaît à certains, tant mieux, ça me fait toujours plaisir !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. En grande fan de Doctor Who, cette histoire m'à été agréable à lire même si l'histoire est extrêmement similaire à un des épisodes de la série.
    Une chose à dire : Don't blink

    RépondreSupprimer